Un si grand vide après l’accouchement

Illustration d'une jeune maman se sentant vide après l'accouchement alors que son enfant dort près d'elle

Avant l’accouchement, la grossesse est sans doute la plus belle aventure que j’aie vécue. Et quand je dis belle, ça n’est pas au sens de « magnifique » non. Plutôt au sens de « intense ».

Intense parce qu’il y a eu des moments de fatigue, des moments de « J’en ai marre« , des moments de « Pourquoi je me suis embarquée là-dedans ? » Et puis à côté de ça, voir son corps se transformer, savoir qu’à l’intérieur de ce corps il y a une petite étincelle de vie qui brille, tout partager avec ce petit être qu’on ne connaît pas encore mais qu’on aime déjà tellement, c’est juste « beau ».

Mais quand même, au 9ème mois…

…si comme moi vous avez tenu jusque là (et même quelques jours de plus parfois hein 😉 ) ben on a juste hâte que ça se termine !
Parce qu’on peut même plus toucher ses propres pieds, parce que de ne plus voir certaines parties de notre corps ça nous manque et puis qu’on a juste envie de le voir ce p’tit bout de chou.

Et qu’une fois qu’il est là, c’est juste « beau ». La sensation tout de suite après l’accouchement est indescriptible car chaque nouvelle maman la vit à sa façon…
Mais il y a parfois une ombre au tableau.
Une ombre qu’on ne voit pas venir et qui s’estompe plus ou moins vite selon chaque maman, selon le soutien qu’elle peut avoir et selon sa propre expérience de vie. Il y a cette sensation de… vide.

Qu’est-ce que je me suis sentie vide après l’accouchement…

Comme si le fait d’être soudain « vide » physiquement me rendait « vide » aussi dans ma tête.

Je m’étais retrouvée seule quelques minutes dans ma chambre à la maternité, juste après l’accouchement, mon mari était descendu chercher quelques affaires dans notre voiture. Et de voir notre bébé là, devant moi…

J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps. Pas parce que je regrettais non mais parce que j’en étais désormais responsable.
Moi. Sa maman. Responsable. Responsable de ce petit être innocent à qui il allait falloir tout apprendre.

Et ça, c’était juste terrorisant.

Alors je voudrais dire à toutes les mamans, et les futures : vous êtes les meilleures mères pour vos enfants. L’amour que vous leur portez et qu’ils vous renvoient, parfois même maladroitement, cet amour-là effacera très vite tous ces moments de doute ❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.